Professeurs
Conseiller Technique

 

 

 

 

Michèle ROLDES, sportive depuis son enfance, a rencontré pour la première fois le Taï Chi Chuan en 1968, en suivant un parcours peu ordinaire.

Depuis, qu'elle s'est prise de passion pour le Tai Chi Chuan, elle n’a pas cessé de pratiquer, de se former, de promouvoir cet Art et de l'enseigner. Depuis 1968, presque chaque année, elle a fait de longs séjours de plusieurs mois aux U.S.A., auprès de Maître Mary Chow, de Maître Hu Lin Tung puis de Maître Kaï Ying Tung, son fils.

Elle fut initiatrice du premier voyage de Maître Kai Ying Tung en Europe, en l'invitant pour qu'il rencontre ses élèves et que ceux-ci aient aussi la possibilté de le rencontrer, de suivre ses cours, notamment en France. Puis outre les formations qu'elle suivait aux U.S.A., elle le suivi aussi au cours de ses différents déplacements en Europe : Danemark, Italie ...

Il est difficile de résumer un parcours d'un demi-siècle alors je vais vous raconter quelques annecdotes qui l'ont jalonné.
En cours de rédaction
De l’enseignement de Maître Mary Chow, elle en recueille l'apprentissage des liens énergétiques qui relient les organes aux mouvements pratiqués.

De celui de Maître Hu Lin Tung, la fluidité, la rondeur, l’inspir et l’expir du mouvement, le principe de la vague à la fois déferlante et retenue.

Et de l'enseignement de Maître Kaï Ying Tung, la précision dans la mouvance, l’efficacité du geste, les orientations avec les points cardinaux, l’aspect martial.

L'approche de l'étude du Taï Chi Chuan, auprès de trois grands maîtres du même style, lui a permis ensuite de rechercher et de découvrir par un travail personnel intense d'autres facettes de cet Art.
1955-1965
[Ses premières passions]

Depuis l’école puis au lycée, elle a toujours pratiqué différents sports.
D’abord les sports collectifs tels que hand-ball, basket puis le judo,
mais elle a aussi aimé évoluer sur les pistes de ski et dans les gouffres en tant que spéléologue pendant de nombreuses années.

La rencontre avec son futur mari, lui a permis de s’initier aux techniques de masseur-kinésithérapeute, études alors poursuivies par son fiancé, à l’hôpital de la Timone à Marseille (fr-13).

Ce fût dans ce contexte qu'elle rencontra, en 1962, Mme Isha Schwaller de Lubicz à Grasse (fr-06), qui la surnomma affectueusement "son petit pois chiche" en référence au personnage karisatique de ses livres. Elle eut la chance de pouvoir recevoir son enseignement sur l'Egypte ancienne au travers de leurs discussions et de la lecture de ses livres.
En 1965, elle rencontre Maître Oshawa à Port Manech (fr-Sud Finistère) avec qui elle suivit conférences et séminaires sur la macrobiotique.