T Chi Chuan
Disciplines

 

 

 

 

Les disciplines sont les différentes techniques que nous permet de travailler le tai chi chuan.

Celles à mains nues, avec partenaire, une ou deux armes courtes, une ou deux armes longues ou encore une arme et un partenaire.

Chaque discipline nécessite un pré-requis, aussi il y a une hiérarchie d'apprentissage des techniques. Cela implique que l'on n'apprend pas le 1er sabre sans avoir acquis les techniques à mains nues de base, qui fournissent les pré-requis nécessaires à un bon apprentissage du sabre ...
De nos jours, de nombreuses personnes veulent passer une étape, une épreuve et obtenir un diplôme.
N'oubliez pas que dans les arts martiaux, c'etait le Maître qui, en gage de gratitude pour le travail d'un étudiant et la reconnaissance de ce travail, offrait à l'étudiant soit son arme personnelle, soit un emblème de son école, soit un parchemin certifiant ses comptences.
   
D'ailleurs, lorsque Michèle ROLDES à rencontré Maître Kaï Ying TUNG , il lui a fait part de son étonnement sur le fonctionnement européen par rapport aux diplômes et aux grades auxquels nous nous attachons. Il lui a offert à chaque évolution dans sa pratique, l'arme correspondante (sabre, épée, bâtons) en riant et la remerciant pour son travail. Il ne pouvait pas lui offrir la perche car trop longue à transporter dans ses bagages en avion.
   
Pour lui, le fait de "passer" de l'étude d'une discipline à une autre était une évolution qui valait tous les grades. Elle a reçu un enseignement traditionnel, connaissant trés bien la hiérarchie de la progression de nos disciplines en tai chi chuan : lent, tuishu, rapide, sabre I, family set, epée, etc...
Puisque Maître Hu Lin TUNG faisait de même avec ses étudiants et avait offert à Michèle ROLDES l'emblême de son école en gage de reconnaissance de sa maîtrise de l'Art.

photo

emblême
du tigre
sur la
montagne

   
En 1978 Master Kai Ying TUNG a décidé, pour correspondre aux critères attendus des occidentaux, de créer un diplôme de son académie et a décerné le tout premier à Michèle ROLDES. Mais je crois qu'elle est nettement plus fière des armes et gages de reconnaissance que les Maîtres lui ont offert.
   
Les judokas, n'avaient pas plus de deux ceintures : blanche et noire, voir parfois une troisieme, marron. Et puis avec le besoin de compétition d'un grand nombre, ils ont instauré un nouveau système trés coloré ; ceinture blanche, jaune, orange, verte, bleue, marron, noire, puis des Dans.

Les grades, les degrés, les Dans, les ceintures et autres ...

Ce système est-il utile en tai chi chuan ?

Ce système va-t-il nous être imposé en France ?

Bien évidement, non.
Cela serait vraiment absurde, aberrant
et une preuve d'une grande méconnaissance de notre art.

La course aux grades n'est pas une reconnaissance réelle en soi, car on peut être bon seulement un petit temps. Le plus important est la pratique régulière et l'investissement personnel, et pour cela il n'y a pas de décoration qui existe.

Si ce n'est le professeur, le Maître, qui valide que l'enseignement est acquis. C'est le résultat d'une formation continue avec une évaluation régulière, pas d'un examen d'un jour. Le tai chi chuan nous fourni cette avancement étape par étape, marche par marche, dan par dan, degré par degré, discipline par discipline, trés simplement.
En suivant la courbe du [Menu des disciplines] ci-contre, vous pourrez suivre la hiérarchie d'apprentissage des techniques.